Le Phare – Henri QUEFFÉLEC

29,00 

Auteur : Henri QUEFFÉLEC
Titre : Le Phare
Éditeur : Presses de la Cité, 1975
Édition originale, dédicacée par l’auteur
Dim. 20,5 x 13,5
373 pages

1 en stock

Ajouter à ma Wishlist
Ajouter à ma Wishlist
UGS : QFP-1 Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Description

Auteur : Henri QUEFFÉLEC
Titre : Le Phare
Éditeur : Presses de la Cité, 1975
Édition originale, dédicacée par l’auteur
Dim. 20,5 x 13,5
373 pages

Qui veut comprendre les îles du Ponant aujourd’hui ne peut faire l’impasse sur leur histoire et leur géographie si particulières. Les meilleurs témoignages littéraires sur la vie dans ces petits mondes insulaires entre 1850 et 1950 nous sont offerts par l’écrivain brestois Henri Queffélec (1910-1992). Ce grand connaisseur des « travailleurs de la mer » y situa en effet l’action de six de ses romans les plus célèbres.

Le phare de la Jument (ar Gazek-Coz en breton), « morceau de sucre piqué droit dans le gosier du Fromveur », est bel et bien le personnage principal du roman. A tout le moins l’épopée de son érection entre 1904 et 1911 : un ancien négociant, Charles-Eugène Potron, lègue 400.000 francs-or à l’Etat pour édifier un nouveau phare dans les parages d’Ouessant, sous condition de le construire sur une durée maximale de sept ans. Nous suivons donc les péripéties — et les hommes — qui jalonnent la jeunesse de la Jument lors de sa difficile mise en œuvre, de sa construction, de ses oscillations anormalement fortes dans les tempêtes, enfin de la consolidation de ses fondations dans les années 1920-30.

Dans le même temps, un pêcheur molénais, Alain Creignou, fonde un foyer avec la fille d’un agriculteur ouessantin, Françoise Mescam. Alain Creignou est subjugué par la Jument. A bord du Sant Mikkaël, il initie son fils François, qui rêve de devenir gardien de phare. Il croit à un pouvoir quasi surnaturel de ces tours de mer qui revivent dès que tombe la nuit ou la brume…